News

Revue de presse septembre 2021

Monday, September 6, 2021 - 2:15pm

 

REVUE DE PRESSE Septembre 2021

 

Autorisation d'une expérimentation "article 51" d'un programme de réadaptation cardiaque connectée.

Les expérimentations "article 51" visent à tester des organisations innovantes et à améliorer la pertinence des prises en charge par l'assurance maladie, rappelle-t-on.Le programme Read'hy regroupe trois centres: le centre hospitalier (CH) de Bligny à Briis-sous-Forges (Essonne), la clinique Saint-Yves de Rennes et le CH de Bastia.L'objectif est d’"offrir un programme spécialisé de réadaptation cardiaque aux patients qui n'en bénéficient pas actuellement, alors qu'ils ont fait un infarctus récemment", indique le cahier des charges annexé à l'arrêté.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5792

Médecins libéraux : les mesures numériques de l'avenant n°9.

Trois syndicats, qui sont arrivés en tête (tous collèges confondus) aux élections professionnelles, ont signé cet avenant: la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), MG France et Avenir Spé. Parmi les objectifs de l'avenant, "engager le virage numérique autour de la médecine de ville", notamment en "accompagnant le lancement de l'espace numérique de santé (ENS), encourageant les nouveaux usages des outils numériques et en incitant les éditeurs de logiciels à développer des versions ergonomiques et interopérables", a rappelé le DG.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5795

Une nouvelle expérimentation "article 51" pour la réadaptation cardiaque à domicile.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5800

 

Ouverture en France de Sesali, le service européen de partage de synthèse médicale (ANS).

Sesali permet à "tous les professionnels de santé français disposant d'une carte de professionnel de santé [CPS]" physique ou numérique "d'accéder de manière sécurisée, normalisée et en français à la synthèse médicale" de patients d'autres pays. Sesali permet à "tous les professionnels de santé français disposant d'une carte de professionnel de santé [CPS]" physique ou numérique "d'accéder de manière sécurisée, normalisée et en français à la synthèse médicale" de patients d'autres pays. A ce jour, il permet seulement le partage de la synthèse médicale de la e-prescription.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5801

Le dossier médical partagé sera officiellement une composante de l'ENS à partir du 1er janvier 2022 (décret).

Un décret publié le 7 août au Journal officiel officialise la transformation du dossier médical partagé (DMP) en composante de l'espace numérique de santé (ENS, aussi appelé Mon espace santé) à compter du 1er janvier 2022. l harmonise les règles de fonctionnement du DMP et de l'ENS, précise les conditions de création et de fermeture du DMP, reposant désormais sur le régime de l'opt-out, énumère "la nature et le contenu des informations contenues dans le dossier, les modalités d'exercice des droits des titulaires" sur ces informations, "les conditions dans lesquelles certaines informations peuvent être rendues inaccessibles par le titulaire du dossier médical partagé, les conditions d'utilisation par les professionnels de santé ainsi que les conditions d'accès au DMP", est-il résumé dans la notice.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5804

Informatique : le portail Convergence s'enrichit de nouvelles fonctionnalités.

La feuille de route du numérique en santé invite les responsables des systèmes d'information (SI) de santé à se positionner par rapport à cette cible d'urbanisation grâce à un outil de convergence des SI et de prévoir une trajectoire de convergence à l'horizon 2024, rappelle-t-on.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5809

Le CHU d'Angers lance son application pour enregistrer les passes sanitaires des professionnels.

veloppée en interne par les équipes informatiques du CHU, l'application Mon Pass a été testée "ce week-end" (samedi 14 et dimanche 15 août) avant sa généralisation le 16 août, a fait savoir la directrice du CHU d'Angers.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5814

Ségur numérique : une instruction détaille la mise en œuvre du "financement à l'usage" des établissements de santé.

Les financements du Ségur numérique sont répartis en deux volets : un volet équipement doté de 465 millions d'euros (baptisé SONS, pour "système ouvert et non sélectif") et un volet "usage" comportant une enveloppe de 210 millions d'euros.

Le pilotage du volet relatif au financement à l'usage a été désigné "programme SUN-ES" pour "Ségur usage numérique en établissements de santé" et confié à la direction générale de l'offre de soins (DGOS), précise l'instruction. Le pilotage national du Ségur numérique est, lui, confié à la délégation au numérique en santé (DNS), rappelle-t-on.

"Le programme SUN-ES vise à poursuivre les efforts pour amener l'ensemble des établissements de santé vers un plus grand niveau de maturité de leur système d'information. Il se situe dans le prolongement du programme Hop'EN et privilégie la production et la transmission de documents de santé dans le but d'enrichir, via le dossier médical partagé (DMP) et Mon espace santé, qui sera ouvert à tout citoyen français dès le début de l'année 2022", a rappelé le ministère.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5816

Un projet d'arrêté sur les moyens d'identification électronique des personnes morales intervenant en santé.

L'arrêté adressé à Bruxelles établit les principales caractéristiques des certificats électroniques qui permettent aux personnes morales de s'identifier électroniquement aux services numériques en santé et confie à l'Agence du numérique en santé (ANS) la mission de délivrer ces certificats, via son autorité de certification dénommée "Infrastructure de gestion de clés en santé" ou IGC-Santé.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5821

Passe sanitaire: vers une autorisation des certificats de preuve internationaux en France (décret).

https://www.ticsante.com/story.php?story=5822

Comment Google et Apple ont redéfini leurs stratégies en e-santé cet été.

https://www.ticpharma.com/story.php?story=1708

Europe – Artificial intelligence in medicine regulation.

https://www.ema.europa.eu/en/news/artificial-intelligence-medicine-regulation

Europe – Ligne directrice sur la documentation de la qualité des médicaments lorsqu'ils sont utilisés avec un dispositif médical.

.https://www.ema.europa.eu/en/documents/scientific-guideline/guideline-quality-documentation-medicinal-products-when-used-medical-device-first-version_en.pdf

Les événements E-santé à ne pas manquer : Septembre 2021.

https://buzz-esante.fr/buzz-agenda-les-evenements-e-sante-a-ne-pas-manquer-septembre-2021/

Revue de presse 08/2021

Thursday, September 2, 2021 - 10:45am

 

Autorisation d'une expérimentation "article 51" d'un programme de réadaptation cardiaque connectée.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5792

 

Médecins libéraux : les mesures numériques de l'avenant n°9.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5795

 

Une nouvelle expérimentation "article 51" pour la réadaptation cardiaque à domicile.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5800

 

Ouverture en France de Sesali, le service européen de partage de synthèse médicale (ANS).

Sesali permet à "tous les professionnels de santé français disposant d'une carte de professionnel de santé [CPS]" physique ou numérique "d'accéder de manière sécurisée, normalisée et en français à la synthèse médicale" de patients d'autres pays.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5801

 

Facturation : 78% des professionnels de santé équipés d'un logiciel compatible avec les lecteurs de carte Vitale.

https://mail.google.com/mail/u/0/#search/tic+sant%C3%A9/FMfcgzGkZkXNzjdpVgZNvkBSdpSvwsNv

 

Le dossier médical partagé sera officiellement une composante de l'ENS à partir du 1er janvier 2022 (décret).

Un décret publié le 7 août au Journal officiel officialise la transformation du dossier médical partagé (DMP) en composante de l'espace numérique de santé (ENS, aussi appelé Mon espace santé) à compter du 1er janvier 2022.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5804

 

La lecture du passe sanitaire ouverte à d'autres dispositifs que TousAntiCovid, l'accès et le stockage des données modifiés (JO).

https://www.ticsante.com/story.php?story=5810

 

Informatique : le portail Convergence s'enrichit de nouvelles fonctionnalités.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5809

 

Le CHU d'Angers lance son application pour enregistrer les passes sanitaires des professionnels.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5814

 

Ségur numérique : une instruction détaille la mise en œuvre du "financement à l'usage" des établissements de santé.

Les financements du Ségur numérique sont répartis en deux volets : un volet équipement doté de 465 millions d'euros (baptisé SONS, pour "système ouvert et non sélectif") et un volet "usage" comportant une enveloppe de 210 millions d'euros.

Le pilotage du volet relatif au financement à l'usage a été désigné "programme SUN-ES" pour "Ségur usage numérique en établissements de santé" et confié à la direction générale de l'offre de soins (DGOS), précise l'instruction. Le pilotage national du Ségur numérique est, lui, confié à la délégation au numérique en santé (DNS), rappelle-t-on.

"Le programme SUN-ES vise à poursuivre les efforts pour amener l'ensemble des établissements de santé vers un plus grand niveau de maturité de leur système d'information. Il se situe dans le prolongement du programme Hop'EN et privilégie la production et la transmission de documents de santé dans le but d'enrichir, via le dossier médical partagé (DMP) et Mon espace santé, qui sera ouvert à tout citoyen français dès le début de l'année 2022", a rappelé le ministère.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5816

 

Un projet d'arrêté sur les moyens d'identification électronique des personnes morales intervenant en santé.

L'arrêté adressé à Bruxelles établit les principales caractéristiques des certificats électroniques qui permettent aux personnes morales de s'identifier électroniquement aux services numériques en santé et confie à l'Agence du numérique en santé (ANS) la mission de délivrer ces certificats, via son autorité de certification dénommée "Infrastructure de gestion de clés en santé" ou IGC-Santé.

https://www.ticsante.com/story.php?story=5821

 

Passe sanitaire: vers une autorisation des certificats de preuve internationaux en France (décret).

https://www.ticsante.com/story.php?story=5822

 

Comment Google et Apple ont redéfini leurs stratégies en e-santé cet été.

https://www.ticpharma.com/story.php?story=1708

 

Europe – Artificial intelligence in medicine regulation.

https://www.ema.europa.eu/en/news/artificial-intelligence-medicine-regulation

 

Europe – Ligne directrice sur la documentation de la qualité des médicaments lorsqu'ils sont utilisés avec un dispositif médical.

https://www.ema.europa.eu/en/documents/scientific-guideline/guideline-quality-documentation-medicinal-products-when-used-medical-device-first-version_en.pdf

 

 

revue de presse aout 2021

Thursday, September 2, 2021 - 10:30am

Revue de presse août

Monday, August 2, 2021 - 11:15am

 

Plus de 8 Français sur 10 favorables au développement du numérique en santé (sondage Harris).
Ce sondage a été réalisé en ligne du 23 au 29 mars, auprès d'un échantillon représentatif de Français âgés de 18 ans et plus, et ajusté selon la méthode des quotas.
Parmi les sondés estimant que le numérique en santé est une "mauvaise chose", ceux qui "ont le sentiment de mal maîtriser les outils digitaux" (31%) et/ou "se sentent plutôt défavorisés concernant l’accès aux soins (31%) ou aux technologies (36%)" sont les plus représentés.
Inversement, les sondés qui "ont le sentiment de bien maîtriser les outils digitaux" y sont favorables à 89%, tout comme ceux qui "se sentent plutôt favorisés concernant l’accès aux soins (90%) ou aux technologies (91%)".
La moitié (49%) estime qu'à l'avenir, les personnes "ne maîtrisant pas suffisamment bien les outils numériques" seront "moins bien soignées".
Enfin, 69% des répondants ont indiqué être "certainement" ou "probablement" prêts à envisager de partager leurs données de santé "pour faire progresser la recherche".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5757

Csis 2021 : 650 millions d'euros pour le "défi prioritaire" de la santé numérique.
La stratégie se décompose en 5 axes prioritaires :
Favoriser les conditions de la réussite d'un déploiement à grand échelle
Accompagner la mise en œuvre d'expérimentations en vie réelle et la conduite de premières étapes industrielles
Soutenir la maturation des projets structurants et renforcer l'avantage stratégique (données, intelligence artificielle (IA), cybersécurité…)
Préparer la future génération des technologies clés en santé numérique et faciliter le transfert rapide des résultats de recherche
Développer la formation, la confiance des acteurs et l'attractivité professionnelle du secteur.
Pour accompagner la mise en œuvre opérationnelle de sa stratégie "Innovation santé 2030", Emmanuel Macron a confirmé la création d'une "agence de l'innovation santé".
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1673

Levées de fonds dans l'e-santé : le record de 2020 déjà battu en 2021.
Plus de 14,7 milliards de dollars (Md$) ont été levés par des entreprises de l'e-santé aux Etats-Unis au premier semestre 2021, contre 14,6 Md$ pendant toute l'année 2020, selon une analyse du fonds d'investissements spécialisé dans le secteur Rock Health. Plus de la moitié de cette somme (59%) vient de 48 "méga-transactions", qui ont permis de lever plus de 100 millions de dollars, quand 2020 en a connu seulement 44. La moyenne des fonds levés augmente également, passant de 20 millions de dollars (M$) en 2019 à 32 M$ en 2020, puis près de 40M$ au premier semestre 2021. Si les montants explosent, "les investisseurs ne bouleversent pas leurs stratégies", a noté Rock Health. La santé mentale reste l'aire thérapeutique la plus financée depuis 2018, suivie par les maladies cardio-vasculaires et le diabète, qui sont dans le top 5 depuis 2018. La R&D, les soins de santé à la demande, et la forme et le bien-être sont les domaines qui attirent le plus les investisseurs, tout comme les 3 années précédentes. Seul changement d'importance noté par Rock Health, les fonds levés par des sociétés ayant un modèle économique "direct-to-consumer" continuent d'augmenter, à 27% du total contre 22% en 2020 et 18% en 2019. C'est la proportion la plus importante enregistrée par Rock Health en 10 ans, a souligné la société. Elle s'est félicitée de ces records et a relevé que "l'environnement actuel présente autant d'opportunités que de risques". Elle a toutefois invité investisseurs et entrepreneurs à garder la tête froide, pour éviter d'être "pris au dépourvu une fois que la santé numérique se sera installée dans une nouvelle phase de financement".

— LÉO CARAVAGNA

Comment l'ANSM et le Health Data Hub s'organisent pour faciliter l'accès aux données sur les produits de santé.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1682

Télésurveillance : Withings et Implicity nouent une collaboration dans l'insuffisance cardiaque.
Pour rappel, l'article 54 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2018 a reconduit le programme Etapes pour une durée de quatre ans (2018-2022). Ces expérimentations portent sur cinq pathologies : l'insuffisance cardiaque, l'insuffisance rénale, l'insuffisance respiratoire, le diabète et les prothèses cardiaques implantables.
Les inclusions de patients ont débuté au printemps 2018. Fin 2020, le ministère des solidarités et de la santé reportait près de 85.000 patients télésurveillés dans ce cadre, dont près de 70.000 patients porteurs d'une prothèse cardiaque implantable.
A quelques mois de la fin de l'expérimentation Etapes, le ministère planche sur la définition d'un modèle de financement de droit commun pour la télésurveillance.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1677

Retard pour la nouvelle version de la base « Transparence Santé ».
La Cour des comptes a déploré un contrôle "très hétérogène" et "défaillant" des relations entre médecins et industrie du médicament par le Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom) en dépit de sa "fermeté affichée publiquement" en la matière, dans un rapport publié fin 2019.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1676

AWS looks to digital health with new accelerator
The new accelerator will offer 10 startups a chance to participate in a four-week training and mentorship program.
https://www.mobihealthnews.com/news/aws-looks-digital-health-new-accelerator

La fondation de la Mutuelle Générale, a annoncé le 2 juillet avoir commandé à MADoPA (living lab spécialisé en santé et en autonomie) "une cartographie des applications mobiles existantes dédiées à l'autonomie des personnes atteintes de maladies neurodégénératives", pour les aider et aiguiller leurs proches aidants. Cette étude a passé au crible 548 applications disponibles sur le Play Store (Android) en octobre 2019. Un outil d'évaluation de toutes les applications mobiles de ce type "est en cours d'élaboration et sera disponible sur demande en novembre prochain", a fait savoir la fondation.
https://www.lamutuellegenerale.fr/sites/www.lamutuellegenerale.fr/files/2021/06/30/Communiqu%C3%A9%20de%20presse%20Fondation%20de%20La%20Mutuelle%20G%C3%A9n%C3%A9rale_30.06.2021.pdf

Création d'un traitement de données relatif aux autotests de dépistage du Covid-19 (décret).
Ce traitement de données "a pour finalité le recueil des résultats des autotests de dépistage de la Covid-19 dans un système autonome, afin de produire des résultats agrégés destinés au suivi épidémiologique et à l'analyse statistique des administrations et organismes intervenant dans la gestion de l'épidémie", prévoit le texte.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5763

Un décret encadre l'échange de données de santé issues du DMP entre la France et des Etats de l'UE.
Cet accord est établi sur le fondement de l'article 14 de la directive 2011/24/UE du Parlement européen et du Conseil du 9 mars 2011 relative à l'application des droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers. L'article 14, relatif à la santé en ligne, appelle à élaborer "une liste non exhaustive de données à faire figurer dans le dossier des patients et pouvant être partagées par les professionnels de la santé pour permettre la continuité des soins et promouvoir la sécurité des patients par-delà les frontières".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5771

La SFSD émet 10 préconisations pour la pratique du télésoin.
La Société française de santé digitale (SFSD) a publié fin juin un livre blanc consacré au télésoin, dans lequel elle émet 10 préconisations "pour mener à bien son projet de télésoin".
https://www.ticsante.com/story/5781/la-sfsd-emet-10%C2%A0preconisations-pour-la-pratique-du-telesoin.html
Livre blanc en PDF https://www.ehpadia.fr/attachment/2174285/

Médicament : la collecte de données de vie réelle renforcée par la réforme de l'accès précoce.
La mise en place obligatoire d'un protocole d'utilisation thérapeutique et de recueil des données de suivi des patients (PUT-RD), avec une collecte financée par les industriels, fait partie des grandes nouveautés de la réforme des dispositifs d'autorisations et de recommandations temporaires d'utilisation (ATU/RTU) entrée en vigueur le 1er juillet, et doit favoriser un recueil de données en vie réelle "recentré sur des variables essentielles", selon la Haute autorité de santé (HAS).
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1688

Accès au marché, études cliniques, financements : une enquête pointe les difficultés des start-ups d’e-santé.
Des difficultés pour la mise en place d'études clinique dans 96% des cas. "La mise en place d'une étude clinique est un point critique pour les répondants concernés", avec 96% qui éprouvent une difficulté, et dont 71% d'entre eux la considèrent élevée ou bloquante.
La réalisation d'études de marché auprès des professionnels de santé est plus préoccupante (32% de difficultés bloquantes ou élevées) que celles auprès des patients (22%) jugent les sociétés.
Autre complexité relevée par cette enquête, l'accès à certaines informations, notamment "à des datas chiffrées pour affiner [leur] stratégie" (54% de difficultés élevées ou bloquantes), "identifier et surveiller les signaux faibles" (30%) et "être informé quand une information réglementaire" les concernant est publiée (24%).
Du côté du recrutement, environ un tiers des entreprises a mentionné des difficultés à trouver des profils qualifiés à des postes de commerciaux (36% de difficultés bloquantes ou élevées), médico-scientifiques (32%), technique (29%) ou avec de l'expérience en e-santé (30%).
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1684

Données de vie réelle : un potentiel reconnu pour l'évaluation des produits de santé, des biais en embuscade (Afcros).
Les données de vie réelle sont très importantes pour l'évaluation des DM, a expliqué Frédérique Debroucker, directrice du service économie de la santé et remboursement de Medtronic France. "Pour le DM, l'essai clinique randomisé ne va pas toujours de soi. Le DM n'a pas toujours d'effet pharmacologique, il n'est généralement pas possible de faire d'études en double aveugle, et les patients sont "souvent de toutes petites populations". De plus, les DM sont "améliorés en continu" et développés de manière itérative et non linéaire, ce qui "a des conséquences sur les effets et les usages". Les DM sont également "utilisateur-dépendant", ce qui rend les données de vie réelle "indispensables". Elles doivent être "utilisées à toutes les phases d'évaluation et tout au long de l'évolution du DM ».
Les données collectées pendant les phases d'accès précoce au marché "sont souvent les premières données de vie réelle collectées en Europe, voire dans le monde", a souligné le Dr Jérémie Rudant, responsable de données de vie réelle de Pfizer France. Dans le cadre d'essais cliniques classiques, le suivi des patients s'arrête à la fin de l'essai, d'où l'importance des données de vie réelle par la suite, a-t-il ajouté, déplorant notamment un manque de suivi de la survie après la fin des essais.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1683

Le référentiel fonctionnel de télémédecine devient le référentiel fonctionnel de télésanté.
Le concept de télésanté englobe à présent la télémédecine et ses cinq actes (téléconsultation, télé-expertise, télésurveillance, téléassistance, réponse médicale dans le cadre de la régulation médicale), et le télé soin.
La nouvelle version du référentiel fonctionnel de télésanté intègre les éléments suivants :
Ajout du référentiel fonctionnel de télésoin, coconstruit avec les professionnels de santé et les éditeurs et mis en concertation publique du 9 juin au 9 juillet ; Alignement des référentiels fonctionnels téléconsultation et télé-expertise au décret publié le 4 juin.
Il s'agit d'un alignement avec la feuille de route en matière d'urbanisation, d'interopérabilité et de sécurité des systèmes d'information.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5774

Périnatalité : vers un nouveau dossier médical partagé intégrant la sécurité psychique des femmes.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5778

La FDA a autorisé Dexcom à afficher les données collectées par ses appareils sur les montres connectées Apple et Garmin, ce qui permettra aux patients de suivre leur glycémie sur les montres, a fait savoir la société spécialisée dans le suivi du diabète le 15 juillet.
https://www.accessdata.fda.gov/scripts/cdrh/cfdocs/cfpma/pma.cfm?id=P120005S041

Les HCL s'associent à l'Inria pour la création d'un pôle de développement en IA en santé.
Hébergeurs de données de santé depuis 2011, avec un agrément autorisant la gestion de données pour des tiers, les HCL ont développé de nombreuses actions autour du dossier patient et de la production de bases de données. En 2018, l'établissement lyonnais s'est doté d’une "commission intelligence artificielle" (CIA), dont l'objectif est de mettre en relation les résultats de la recherche autour de l'IA, avec les besoins des unités de soins. Les HCL viennent de créer une direction transversale de l’innovation, dont l'une des ambitions est de voir apparaître un "living lab" dans le domaine de la santé.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5784

Orange et l'université Grenoble-Alpes créent un laboratoire commun à dominante santé numérique.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1696

 

Revue de presse Juin 2021

Thursday, July 1, 2021 - 9:45am

 

Revue de Presse Juin 2021

La DNS ébauche la procédure de référencement au catalogue de l'Espace numérique de santé.
Action n°16 de la feuille de route pour le numérique en santé, "Mon espace santé" s'articulera autour de quatre "briques » : le dossier médical partagé (DMP), l'agenda de santé, la messagerie sécurisée et le catalogue d'applications. Il sera généralisé à partir du 1er janvier 2022.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5708

La HAS présente son "ambitieuse" stratégie données.
Le premier axe porte sur "les données produites par la HAS, leur usage, la culture de l'usage et les compétences".
"La HAS a un patrimoine de données de très riche et un outillage hétéroclite, ce qui entraîne une sous-valorisation des données dommageable", a constaté Pierre-Alain Jachiet. L'idée est de "valoriser les connaissances produites par nos systèmes d'information [SI], par exemple en analysant les certifications d'établissements, pour piloter ce travail". Cette montée en compétences sur l'utilisation des données est "un socle pour faire ce travail d'analyse de données à l'extérieur" de la HAS.
Le deuxième axe, "central", concerne les données de vie réelle, c'est-à-dire les données de santé observationnelles et pas celles issues de la recherche clinique. "Nous avons à notre disposition une importante panoplie de données, dont celles du Système national des données de santé [SNDS] et d'établissements de santé. Quel impact peuvent-elles avoir dans notre organisation ? Quels usages peut-on faire ?"
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1646

Dispositifs médicaux : la Cnedimts va clarifier ses attentes sur les "évolutions incrémentales".
https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2021-04/evaluation_des_evolutions_incrementales_des_dispositifs_medicaux_par_la_cnedimts_-_note_de_cadrage.pdf
Document de travail - 24 mars 2021

Programme ESMS numérique : publication de la répartition régionale des 24 millions d'euros de la phase d'amorçage.
La répartition par région des 24 millions d'euros (M€) de crédits de la phase d'amorçage du programme ESMS numérique a été publiée au Journal officiel le 26 mai. Ce fonds d'amorçage, annoncé fin 2020 à 30 M€, a pour ambition première de déployer le dossier usager informatisé (DUI).
https://www.ticsante.com/story.php?story=5714

L'ANS soumet le référentiel Pro Santé Connect à concertation.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5715

Le CLCC Gustave-Roussy et Maincare ont développé une plateforme de gestion des seconds avis médicaux en ligne.
"Près de 50.000 patients dont une part croissante de patients internationaux sollicitent l'expertise" du CLCC francilien chaque année. "C'est pour leur permettre un accès simplifié et sécurisé à cette expertise que Gustave-Roussy a fait appel à Maincare". La plateforme, accessible depuis le site internet de Gustave-Roussy, "permet aux patients internationaux de solliciter l'avis médical [des] experts en français et en anglais […] en toute autonomie".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5717

Covid-19 : les modalités de mise en œuvre du passe sanitaire détaillées par décret.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5722

Grâce au travail sur les données de santé, la qualité de vie peut devenir un vrai indicateur.
https://www.innovasso.fr/dossier/grace-au-travail-sur-les-donnees-de-sante-la-qualite-de-vie-peut-devenir-un-vrai-indicateur/?utm_source=newsletter_mensuelle&utm_medium=email&utm_campaign=2021juin_newsletter

Numérique en santé mentale : le CCOMS préconise de développer un outil pour référencer les dispositifs existants.
Numérique en santé mentale: le CCOMS préconise de développer un outil pour référencer les dispositifs existants

Vivatech : l'AP-HP et cinq entreprises imaginent "l'hôpital numérique" via leur projet "@HôtelDieu".
Ce projet est porté par "une alliance d'acteurs complémentaires" composée des entreprises Implicity, Lifen, Nabla, Nouveal, Withing, de l'incubateur Biolabs, de l’Université de Paris et l’AP-HP, avec sa plateforme d’accompagnement des projets numériques en santé. Le consortium s'est formé au "début avril", lorsqu'ensemble, les partenaires ont répondu à l'appel à manifestation d'intérêt (AMI) "Santé numérique", lancé par la Banque publique d'investissements Bpifrance. L'AMI "Santé numérique" vise à favoriser l’émergence en France de solutions innovantes "armées de propositions de valeurs médico-économiques pour conquérir le marché de l'e-santé".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5732

Boehringer Ingelheim taps into Lifebit's AI for global disease surveillance.
Boehringer Ingelheim a annoncé un partenariat avec la société spécialisée dans l'analyse du texte Lifebit, qui ambitionne de développer un service capable de surveiller les publications scientifiques et de nombreuses autres sources pour de la surveillance épidémiologique.
https://www.fiercebiotech.com/medtech/boehringer-ingelheim-taps-into-lifebit-s-ai-for-global-disease-surveillance

Covid-19 et modélisation : Dassault Systèmes soigne ses activités en santé.
Dassault Systèmes, filiale de l'industriel de l'aéronautique spécialisée dans les logiciels pour la conception 3D, a déboursé 5,8 milliards de dollars au deuxième semestre 2019 pour acquérir Medidata, société d'édition de solutions "cloud" pour les essais cliniques.
Les solutions de Medidata ont été utilisées dans le cadre des essais cliniques du vaccin mRNA-1273 de Moderna, notamment en phase III avec 30.000 patients participants.
Medidata et Friends of Cancer Research ont ainsi démontré dans deux publications, en 2018 et 2019, que les contrôles synthétiques peuvent accélérer la recherche clinique.
https://www.ticpharma.com/story/1560/

Ségur numérique : un nouveau dispositif de financement pour les éditeurs de logiciels (DNS).
Les accords du Ségur, signés en juillet 2020, prévoient notamment 2 milliards d’euros pour le numérique en santé, avec plusieurs objectifs : "donner un coup d'accélérateur pour rattraper le retard dans la modernisation", "l'interopérabilité", "la réversibilité", "la convergence et la sécurité des systèmes d'information (SI) en santé" et mise en œuvre de la feuille de route du numérique en santé annoncée en avril 2019, rappelle-t-on.
Ces financements seront répartis en deux volets : un volet équipement à destination des éditeurs, et un volet usage à destination des utilisateurs. Ils prévoient des mesures incitatives (financement pour les éditeurs et les utilisateurs) et coercitives (opposabilité pour les éditeurs, obligations de partage des données pour les établissements et professionnels de santé), a expliqué la DNS lors du CNS.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5743

Le volet numérique du Ségur de la santé confié à Olivier Clatz.
Olivier Clatz était précédemment directeur du Grand défi IA et santé, au secrétariat général pour l'investissement (SGI), rattaché à Matignon. Il a cofondé et dirigé de 2013 à 2019 la société Therapixel, qui met au point des algorithmes de détection des cancers.
Diplômé de l'Ecole normale supérieure (ENS) Paris-Saclay et titulaire d'un doctorat en informatique de l'Ecole des mines de Paris, Olivier Clatz a également été membre du Conseil national du numérique (CNNum) de 2018 et à 2020. Il a notamment travaillé à l'Inria et la Harvard Medical School, selon son profil LinkedIn.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5744

Le Catel lance une "marketplace" de l'e-santé pour les professionnels du secteur.
Le Catel, centre de ressources et d'expertises en e-santé, a présenté le 24 juin sa plateforme "Les Docks de la e-santé", une "marketplace B2B" (business to business), destinée à tous les acteurs de santé et "qui permet d'acheter ou d'être mis en relation avec des structures proposant des services numériques".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5745

Informatique hospitalière : le futur référentiel Maturin-H "a l'ambition de réduire la complexité" (DGOS).
Maturin-H a "3 grands objectifs", a expliqué Michel Raux:
"élaborer un référentiel de maturité numérique" des établissements de santé
"disposer d'outils d'évaluation" de cette maturité
"mettre en place des contrôles effectifs"
Concernant son aspect référentiel, Maturin embarque des référentiels déjà existants :
Hop'EN
la certification hébergeur de données de santé (HDS)
les exigences du Ségur numérique
la directive européenne NIS (Network and Information Security) qui régit les opérateurs de services essentiels (OSE)
l'Electronic medical record adoption model (Emram) de l'organisation américaine Healthcare Information and Management Systems Society (HIMSS) qui mesure la maturité des acteurs de santé vis-à-vis de l’adoption du dossier médical informatisé
les travaux d'éthique du numérique en santé en cours au ministère.
Concernant la sécurité des SI, il s'agira par exemple "de la protection des réseaux et SI, de la sécurité de l'architecture ou du cloisonnement des SI", a illustré le représentant de la DGOS.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5749

Health Technology Assessment: Informal deal between Council and European Parliament.
Les nouvelles règles prévoient la coopération des États membres au niveau de l'UE sur des évaluations cliniques conjointes et des consultations scientifiques conjointes sur les technologies de la santé. Ce travail conjoint fournira des informations scientifiques précieuses aux autorités sanitaires nationales lorsqu'elles prendront des décisions sur la tarification et le remboursement d'une technologie de santé.
https://www.ris.world/europe-health-technology-assessment-informal-deal-between-council-and-european-parliament/

Mon logiciel est-il un dispositif médical en vertu du règlement européen ?
Entré en vigueur le 26 mai dernier, le RDM conserve des zones d’ombre. C’est le cas pour ce qui concerne les exigences en matière de qualification d’un logiciel. Frédéric Barbot, coordinateur scientifique au CIC-IT de Garches, se propose d’éclairer notre lanterne à l’aide du guide MDCG 2019-11.
Par Frédéric Barbot, Praticien Hospitalier, Inserm CIC 1429, hôpital Raymond Poincaré APHP, Garches. Tech4Health. Réseau d’expertises F-Crin.
https://www.devicemed.fr/dossiers/reglementation/mon-logiciel-est-il-un-dispositif-medical-en-vertu-du-reglement-europeen/27626

Efelya : un compagnon digital pour les femmes enceintes.
https://buzz-esante.fr/efelya-un-compagnon-digital-pour-les-femmes-enceintes/

Le think tank Renaissance Numérique s’est intéressé au monde de la santé et dévoile des préconisations pour mettre
les citoyens au cœur de la gouvernance des données de santé.
https://mail.google.com/mail/u/0/?tab=rm&ogbl#search/buzz/FMfcgzGkXwMSRDFzhvTxkqtRqFnwRKsql

Revue de presse Mai 2021

Thursday, June 3, 2021 - 10:30am

 

Covid-19 : Vivalto Santé et Simango ont créé une formation en réalité virtuelle d'auxiliaires en réanimation.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5673

Jean-Marie Dunand rejoint Tessi en tant que directeur de l'activité santé.
Fin avril, le groupement d'intérêt économique (GIE) Sesam-Vitale a retenu la solution de Tessi et de son partenaire Electronic IDentification pour l’enrôlement de son application carte Vitale.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5671

Marc Perotto (Widdup): "Dirigeants d'établissements sociaux et médico-sociaux, reprenez le pouvoir sur votre informatique!".
Les pouvoirs publics ont pris conscience de l’enjeu en mettant en place le plan Ma santé 2022 adopté en 2019 qui se décline en "Plan ESMS numérique" pour le secteur social et médico-social. Complété en 2020 dans le cadre du Ségur de la santé, il représente 600 millions d’euros qui vont permettre aux établissements de revoir leur socle numérique (hébergement, réseau, sécurité, maintenance) et de se doter d'un DUI. Il reste cependant à faire entrer le numérique dans les formations diplômantes, dans les formations financées par les opérateurs de compétences (Opco) du métier, dans les fonctions et les grilles de salaire adaptées des conventions collectives concernées.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5676

Cela fait déjà plusieurs années que certains géants de la high-tech implémentent des solutions de santé dans leurs appareils.
Pour nombre d'entre eux, la montre connectée est une plateforme de choix. C'est bien évidemment le cas d'Apple et de sa célèbre Apple Watch. Les journaux The Telegraph et Forbes ont ainsi révélé que la firme de Cupertino est le principal client d'une société nommée Rockley Photonics. Cette dernière se spécialise dans les technologies de santé et a indiqué à la SEC (gendarme financier étasunien) avoir signé un contrat avec Apple afin de développer de nouveaux produits.
Rockley Photonics est connu pour son expertise concernant les capteurs de suivi, notamment ceux permettant de vérifier le taux de sucre dans le sang, la pression artérielle et même le niveau d'alcoolémie. Le document laisserait entendre que l'entreprise californienne pourrait implémenter une de ces technologies dans sa future montre connectée.
https://www.lesnumeriques.com/montre-connectee/sante-l-apple-watch-pourrait-bientot-detecter-le-taux-de-sucre-dans-le-sang-et-aider-les-diabetiques-n163421.html

L'insurtech Alan défend sa vision holistique de la santé.
Surtout, elle veut devenir une « super app » avec une vision "holistique de la santé", comme aime la rêver son PDG, Jean-Charles Samuelian, qui détaille le projet : toujours centrée sur le remboursement des frais de santé en moins d'une heure, elle va développer des services comme la "conciergerie médicale", une sorte de tchat entre les médecins et les membres. L'application va proposer des informations personnalisées en fonction des conditions de santé, de la prévoyance et se pencher sur la santé mentale. Un des enjeux de cette année pour ce fils de deux psychiatres. La concurrence pléthorique des applications de santé ne le fait pas ciller. « Nous regardons surtout ce qui se fait dans d'autres industries pour nous en inspirer : l'utilisation de la voix dans Clubhouse, l'algorithme personnalisé de TikTok, confie-t-il. La créativité pour moi, c'est récupérer une idée et faire un pas de côté."
Le traitement des données des utilisateurs pour proposer des services personnalisés sera un pilier de la différenciation. Le discret directeur technique d'Alan, Charles Gorintin, est un ex-data scientist de Facebook, de Twitter et d'Instagram. « Mais nous ne les utiliserons jamais pour affiner la tarification de l'assurance, assure Jean-Charles Samuelian. Notre business model est basé sur un pacte de confiance.»
https://www.challenges.fr/entreprise/alan-defend-sa-vision-holistique-de-la-sante_762619

Withings updates Body Cardio smart scale to predict users’ vascular age
When a person’s vascular age is determined to be significantly older than their chronological age, it can be an indicator of possible cardiovascular health issues.
https://www.mobihealthnews.com/news/withings-updates-body-cardio-smart-scale-predict-users-vascular-age

La start-up iSlit veut améliorer les diagnostics ophtalmologiques grâce à l'intelligence artificielle.
L’un des fondateurs de la start-up iSlit, ophtalmologue, rêvait d’automatiser les examens de l’œil avec une lampe à fente. C’est désormais chose faite, avec le soutien du laboratoire CIAD de l’université de Bourgogne, à travers le dispositif iSlit Médical.
"Un diagnostic repose sur un raisonnement scientifique basé sur des signes, des symptômes et des facteurs de risque." Christophe Tricot divise ainsi le rôle de l’intelligence artificielle dans l’automatisation des examens ophtalmologiques en trois axes. Un module de deep learning et de vision par ordinateur réalise l’extraction des signes pour que la lampe à fente reconnaisse toute seule, par exemple, une lésion sur l’œil. Une technique de traitement automatique du langage (NLP) va analyser les symptômes et accompagner le praticien pour poser les bonnes questions aux patients. Enfin, une programmation logique permet d’aboutir à un raisonnement automatisé que le professionnel de l’ophtalmologie va valider ou refuser, contribuant ainsi à l’apprentissage du module. "L’IA va faire un lien entre les symptômes et les signes et balayer toutes les pathologies, même les cas rares, en s’appuyant sur l’expertise des ophtalmologues qui partagent leurs connaissances en réseau." Une vingtaine de praticiens, en France, en Inde ou en Israël, contribuent à enrichir la base de données.
https://www.usine-digitale.fr/article/la-start-up-islit-veut-ameliorer-les-diagnostics-ophtalmologiques-grace-a-l-intelligence-artificielle.N1088699

Ségur : l'ANS informe les éditeurs sur l'éligibilité de leurs solutions numériques aux financements.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5684

Philips poursuit le recentrage en santé de ses activités.
En avril 2018, Philips a installé à Suresnes (Hauts-de-Seine) un centre d’expertise mondiale en IA dédié à l'imagerie médicale, à la génomique et à l'écosystème des start-up French Tech en IA. Il regroupe aujourd'hui 50 chercheurs et ingénieurs, détient plus de 100 brevets et revendique 200 publications. Le centre a un focus clinique en cardiologie, oncologie et maladies rares. En outre, Philips compte aussi sur ces données pour "alimenter la recherche".
Un partenariat scientifique et d'innovation en santé visant notamment à améliorer la prise en charge de l'accident vasculaire cérébral (AVC) et la surveillance "intelligente" en réanimation grâce à l'exploitation des données de santé a notamment été signé avec le CHU de Rennes en janvier dernier. "La nouvelle frontière, c'est l'intégration de l'IA dans de plus en plus de nos équipements pour aider à un meilleur diagnostic. Ce virage informatique et algorithmique est aujourd'hui notre quotidien et le meilleur reste à venir", a déclaré le président de Philips France.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1624

Le Fonds FHF et SimForHealth s'allient pour promouvoir la simulation numérique dans la formation des hospitaliers.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5685

La Cnil accompagne 12 projets innovants dans la santé numérique, dont 3 d'établissements.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5694

Collecte de données par Iqvia: la Cnil annonce des contrôles après une enquête de France 2.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1627

Dispositifs médicaux : le nouveau règlement européen entre en vigueur mais pose encore des questions.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1634

Oncodesign présente sa stratégie dans l'intelligence artificielle.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1638

FDA updates guidance on covariate treatment in clinical trials.
Dans un guide révisé, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a clarifié la manière dont les développeurs de médicaments devraient s'adapter aux covariables dans certains essais cliniques. La révision fournit «des recommandations plus détaillées pour l'utilisation de modèles linéaires pour l'ajustement des covariables et comprend également des recommandations pour l'ajustement des covariables à l'aide de modèles non linéaires», selon l' avis du Federal Register de la FDA concernant le projet récemment révisé.
https://www.raps.org/news-and-articles/news-articles/2021/5/fda-updates-guidance-on-covariate-treatment-in-cli?feed=Regulatory-Focus
Draft FDA guidance
https://www.fda.gov/media/148910/download

Strategic lifecycle approach to medical device regulation.
https://www.raps.org/news-and-articles/news-articles/2021/5/strategic-lifecycle-approach-to-medical-device-reg?feed=Regulatory-Focus


Vous recevez cette notification car vous êtes inscrits sur AMUProjet.

Revue de presse Avril 2021

Tuesday, May 4, 2021 - 10:45am

 

Revue de presse Avril 2021

L'ANS veut guider les entrepreneurs du numérique en santé vers l'industrie du médicament.
L'ANS a proposé au Leem de créer un document "expliquant ce que veut dire travailler avec l'industrie du médicament" et énumérant notamment "les questions que doivent se poser les entrepreneurs avant de se lancer".
"Les aires thérapeutiques et/ou technologiques de mon projet sont-elles alignées avec celles du laboratoire ? Suis-je prêt à intégrer un industriel au capital de ma société ? Comment seront valorisés les résultats du projet à travers des publications et comment seront partagés les éléments de propriété intellectuelle ? Suis-je prêt à accorder l’exclusivité partenariale à un laboratoire sur toute la durée de l’accompagnement, dans un ou plusieurs pays ?"
La page indique les différents types de programmes d’accompagnement proposés par les entreprises du médicament, en recense quelques exemples dont ceux d'AstraZeneca, Roche, Pfizer, Sanofi, Novartis et Janssen (groupe Johnson & Johnson, J&J), et donne des conseils pour préparer une candidature.
Elle apporte également "des clés de réflexion" sur leur modèle économique aux porteurs de projet.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1580

Renouvellement de la commission nationale d’évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé : Appel à candidatures - mandat 2021/2024.
Compétences recherchées : Afin de renouveler sa composition, la CNEDiMTS recherche des professionnels dans tous les domaines, sans oublier des spécialités parfois moins présentes (dermatologue, généraliste, gériatre, gynécologue, interniste, médecine physique et réadaptation, ophtalmologue, ORL, urologue…).
Le numérique étant désormais omniprésent dans les technologies évaluées, l’HAS souhaite recruter également des experts spécialistes du numérique ou impliqués dans le champ de la e-santé.
Les patients disposent d’un savoir spécifique sur leur maladie du fait de leur expérience sur le vécu de la maladie, les traitements existants, les parcours de soins, les besoins. Aussi la CNEDiMTS se réjouit de compter parmi elle des représentants de patients. La CNEDIMTS recherche donc des adhérents d’association de malades et d’usagers du système de santé prêts à s’impliquer dans ses travaux et enrichir ainsi son évaluation.
https://www.has-sante.fr/jcms/p_3245536/fr/renouvellement-de-la-commission-nationale-d-evaluation-des-dispositifs-medicaux-et-des-technologies-de-sante-appel-a-candidatures-mandat-2021/2024#toc_1_1_3

Le GIE Sesam-Vitale détaille la feuille de route de l'application carte Vitale.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5630

Health Data Hub: Stéphanie Combes fait le point sur les projets de recherche.
Le Health Data Hub a mis 12 ingénieurs à disposition des porteurs de projets, notamment pour aider à préparer les données, mais aimerait en recruter "4 ou 5" supplémentaires, a indiqué Stéphanie Combes. La durée maximale de mise à disposition est d'un an. Les ingénieurs peuvent s'occuper de plusieurs projets simultanément, et "vont dans les équipes" 4 jours par semaine, le dernier jour étant consacré au Hub.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1591

Données de santé: l'ATIH lance un appel à manifestation d'intérêt.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5637

L'AP-HP et Imageens s'allient pour structurer et valoriser les données d'imagerie médicale.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5643

MediReport et Withings s'allient pour améliorer le suivi des patients après une chirurgie cardiaque.
Fondée en 1995 par deux cardiologues interventionnels (Serge Makowski et Fabrice Beverelli), MediReport développe des logiciels médicaux de suivi cardiovasculaire pour les hôpitaux, dont CardioReport, son système d'information cardiovasculaire, interfacé avec l'environnement hospitalier pour la collecte de données à l'hôpital. La société commercialise ses logiciels médicaux "dans plus de 40 pays dans le monde et dans plus de 450 centres hospitaliers publics et privés", a indiqué le Dr Makowski à TICpharma fin mars.
Créée en 2008, Withings avait été cédée au groupe finlandais Nokia en 2016. Rachetée en 2018 par l'un de ses trois cofondateurs, Eric Careel, l’entreprise, spécialisée dans le développement d’objets connectés pour le bien-être des particuliers, a pris le virage de la santé dès son retour sous le pavillon France. Lancée en octobre 2019, sa division "B to B" (business to business) et ses solutions Withings Med Pro Data et Withings Med Pro Care adressées aux professionnels de santé, ont confirmé cette ambition. Ces deux divisions étaient d'ailleurs destinées à améliorer le suivi à distance des patients grâce à l'utilisation des produits de l'écosystème Withings et à l'analyse des données collectées, directement au sein de l'environnement du partenaire.
Dans l'étude menée par MediReport et Withings, les données des bracelets connectés Withings Go sont justement recueillies par l'application de suivi patient CardioReport, créée par MediReport.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1594

Si les associations sont tout à fait légitimes pour recueillir des données de santé pour améliorer la qualité de vie, il n’en reste pas moins qu’il faut savoir comment s’y prendre.
La session dédiée lors de la journée Innov’Asso avait précisément pour but de donner des clés et des conseils pratiques pour aider les associations et leurs membres à produire de nouvelles données. Ont également été évoquées la méthode à décliner et les différentes étapes à suivre.
https://www.innovasso.fr/dossier/comment-sy-prendre-pour-produire-des-donnees-ou-analyser-des-donnees-deja-existantes/

Plus de 300.000 e-prescriptions délivrées en 19 mois.
Les syndicats de professionnels de santé et l'assurance maladie se sont accordés le 26 février "pour une extension de l'e-prescription aux professionnels équipés des deux logiciels opérationnels", Crossway de Cegedim pour les médecins et LGPI de Pharmagest pour les pharmaciens.
L'expérimentation est "techniquement" possible avec 4 autres logiciels : AxiSanté 5 de CompuGroup et HelloDoc d'Imagine Editions pour les médecins ; Alliance+ FES de SmartRX (groupe Cegedim) et WinPharma d'Everys pour les pharmaciens.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5645

ENS: publication "à l'automne" de l'arrêté définissant les critères de référencement au store d'applications.
Action n°16 de la feuille de route pour le numérique en santé, l'ENS, qui sera baptisé "Mon espace santé", doit permettre à l'usager d'accéder à ses données administratives, à son dossier médical partagé (DMP), à ses constantes de santé éventuellement produites par des applications ou objets connectés référencés, à ses données de remboursement, et à des outils permettant des échanges sécurisés avec les acteurs du système de santé, rappelle-t-on.
Un décret, pris en application de la loi du 24 juillet 2019, dite "Ma santé 2022", va rendre possible l'ouverture automatique de l'ENS à partir du 1er juin 2021, sauf refus de la personne, qui pourra s'y opposer dans un délai d'un mois.
Pour tenir les délais annoncés et généraliser l'ENS au 1er janvier 2022, les pouvoirs publics ont invité les acteurs privés à prendre part aux travaux et cela, dès la réalisation de ce service, dont le marché a été attribué à Atos et à Octo Technology fin décembre 2020.
Composante majeure de l'ENS, le catalogue d'applications ou "store" est très attendu. Il regroupera les applications mobiles ou de sites web référencés sur la base d’une procédure définie par la puissance publique.
Afin de tester le processus de référencement et de coconstruire avec les pouvoirs publics la connexion au store de l’ENS, 30 industriels ont été retenus en février, à l'issue d'un appel à projets lancé par le ministère.
Un arrêté publié au Journal officiel "à l'automne" viendra justement préciser ces critères de référencement et dévoilera la composition de la "commission de référencement des services et outils numériques", chargée d'instruire les demandes de référencement, a indiqué le responsable de la DNS. Toujours dans le cadre de la démarche inclusive voulue par les pouvoirs publics, un "comité de surveillance citoyen" va être installé pour "suivre et accompagner les évolutions de l'ENS", a annoncé Dominique Pon. Sa composition et ses modalités seront précisées "avant l'été".
Par ailleurs, une "phase pilote" de l'ENS aura lieu dans les départements de Loire-Atlantique, Haute-Garonne et Somme à partir du 1er juillet, a appris TICsanté mi-mars. Seuls le DMP et la messagerie sécurisée de santé (MSsanté) seront disponibles pour cette expérimentation, qui concernera 4 millions d'usagers.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5649Wassinia.Zirar@apmnews.com

Bpifrance muscle son dispositif "santé numérique".
Les six lauréats de cette première mouture sont :
Cayceo: la start-up développe une solution d'hypnose médicale en réalité virtuelle pour la réduction du niveau d'anxiété et de douleur des patients
Health For People: qui conçoit un assistant santé utilisant la connaissance médicale digitalisée pour automatiser la gestion de parcours de soins complexes, polypathologiques, en accompagnant le patient et dans le but de faciliter le travail des professionnels de santé
Kiro: la jeune pousse édite une plateforme logicielle qui met à disposition des patients et des professionnels de santé un outil de communication des résultats de biologie médicale et fournit une aide au diagnostic et à la prise en charge réalisée à partir d'algorithmes d'intelligence artificielle (IA) validés médicalement
Ludocare: la société a mis au point des thérapies numériques (un robot connecté et une application parentale) qui accompagnent les enfants atteints de maladie chronique dans la bonne prise de leur traitement
Medicalib, qui développe une plateforme de mise en relation entre professionnels de santé libéraux (infirmiers, sages-femmes et kinésithérapeutes) et patients pour l’organisation et la coordination de soins à domicile et en entreprise
Sêmeia: la start-up propose une suite logicielle de suivi des patients en mode Saas (Software as a service) pour analyser en temps réel des données patient et identifier l'intervention la plus adaptée.
"J'ai été étonné de voir la maturité de ces jeunes, brillants et ambitieux entrepreneurs dans la réflexion qu'ils ont de problèmes soumis, qui sont nés dans les mains de personnes qui ne les comprennent pas eux-mêmes", a salué le 15 avril Bernard Charlès, PDG de Dassault Systèmes et parrain de cette première promotion.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1604

Plan Healthtech: trois axes de travail pour faire émerger des champions français de la tech en santé.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1599

Télémédecine: un quart des opérateurs contrôlés par la DGCCRF présentaient des anomalies.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5658

Santé, autonomie et accès aux droits: la Drees lance un appel à projets de recherche sur les usages des technologies.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5664

Les ARS et Grades désormais intégrés à la gouvernance de l'ANS.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5663

Essais cliniques: le portail et la base de données européens sont "pleinement fonctionnels" (EMA).
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1608

CSF: le groupe de travail "usage des données de santé en vie réelle" formule ses recommandations.
Le groupe de travail "usage des données de santé en vie réelle" du CSF est piloté par Anne Josseran (Resmed), représentante du syndicat national de l'industrie des technologies médicales (Snitem), Laurie Lévy-Bachelot (MSD) et Luca Mollo (Pfizer), tous deux représentants de l'Ariis.
Il a pour ambition "de créer les conditions permettant à l'ensemble des acteurs de l'écosystème de santé de générer, à partir de données en vie réelle, des résultats pouvant soutenir la prise de décision et ainsi contribuer à une véritable transformation du système de santé".
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1606

Revue de presse Mars 2021

Thursday, April 1, 2021 - 9:30am

 

REVUE DE PRESSE MARS 2021

Le groupement d'intérêt public (GIP) Health Data Hub et le groupement de coopération sanitaire (GCS) des hôpitaux universitaires du Grand Ouest (Hugo) ont annoncé avoir noué une collaboration pour "identifier les incompatibilités de médicaments ainsi que les critères conduisant à des ruptures de traitement" et pour réduire les accidents iatrogéniques. Concrètement, le Health Data Hub apportera un "accompagnement humain et financier" et le croisement avec les bases de données nationales, "nécessaires, dans certains cas, pour passer à l’échelle et obtenir la masse critique de données indispensable à l’étude de certains phénomènes".
"Idéalement, ce projet pourrait préfigurer de futures collaborations entre le Health Data Hub et les autres hubs interrégionaux qui se mettront en place sur le territoire", est-il souligné.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5577

Covid-19 : Grapheal prépare un test salivaire connecté.
La start-up de medtech grenobloise Grapheal a annoncé avoir bouclé une levée de fonds de 1,9 million d'euros pour poursuivre le développement de son pansement connecté et d'un tout nouvel outil : un test salivaire Covid-19 connecté. Grapheal concentre ses efforts à démontrer le potentiel du graphène-sur-polymère pour le secteur biomédical. Ce nanomatériau, composé de carbone pur ultrafin, recèle des propriétés électriques, mécaniques et de résistance à la corrosion. Biostimulant, il permet aux cellules de se régénérer plus vite à son contact et sa composition lui permet de détecter avec une plus grande précision la survenue d'un phénomène biologique.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1553

An epidermal patch for the simultaneous monitoring of haemodynamic and metabolic biomarkers.
https://www.nature.com/articles/s41551-021-00685-1

H4D, l'université et le CHU d'Angers s'allient autour de la "télésémiologie".
Pour rappel, la sémiologie est la discipline médicale qui étudie les signes et symptômes des pathologies. "La sémiologie télémédicale ou télésémiologie est une adaptation de la sémiologie classique à la consultation à distance par visioconférence, éventuellement aidée par des dispositifs de mesure ou d’examen connectés. Les protocoles de télésémiologie développés depuis quelques années par H4D permettent désormais d’aider les médecins à la réalisation de l’examen clinique à distance par le patient", a expliqué la société dans un communiqué.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5586

Entrepôts de données de santé : la CNIL lance une consultation publique sur un projet de référentiel.
https://www.cnil.fr/fr/entrepots-de-donnees-de-sante-la-cnil-lance-une-consultation-publique-sur-un-projet-de-referentiel

PROGRAMME DE L'UNIVERSITÉ DE LA E-SANTÉ 2021.
https://www.universite-esante.com/programme/

*Les industriels présentent les usages du standard de traçabilité des essais cliniques de GS1.
*Organisme international à but non lucratif, GS1 est un spécialiste de la standardisation et la normalisation des méthodes de codage utilisées dans la chaîne logistique. Au printemps 2018, GS1 a installé un groupe de travail, présidé par l'hôpital Victor Dupouy (Argenteuil, Val-d'Oise), Pfizer et Sanofi, pour répondre aux enjeux de traçabilité des produits de recherche utilisés lors d'essais cliniques, soulevés par les établissements de santé, leurs pharmacies à usage intérieur (PUI), les laboratoires pharmaceutiques, les centres d’investigations cliniques et les sociétés de recherche, tous engagés dans des essais cliniques. Ces travaux ont permis la création en novembre 2019 d’un nouveau standard d’identification et de marquage par code-barres des produits expérimentaux, jusqu'alors inexistant. "Ce standard permet d’indiquer dans un format standard le numéro de protocole (identifiant unique utilisé lors d’une étude clinique) en complément du code d’identification du produit (Global Trade Item Number, GTIN). L’ensemble assure une harmonisation globale de l’identification des produits d’investigation clinique pour toutes les parties prenantes ».
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1565

S'informer sur la santé et l'innovation médicale.
Les nouvelles technologies révolutionnent le monde de la santé et modifient en profondeur le rapport entre professionnels de santé et patients. Santé numérique, big data, télémédecine, santé mobile, « automesure de soi » … Retrouvez dans cette rubrique les dernières actualités de l’innovation santé et des éclairages sous forme de dossiers.
https://www.innovasso.fr/atelier/atelier-2/?utm_source=newsletter_mensuelle&utm_medium=email&utm_campaign=2021mars_newslette

La Loire-Atlantique, la Haute-Garonne et la Somme retenues pour la "phase pilote" de l'Espace numérique de santé.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5603

Un décret publié le 12 mars au Journal officiel prolonge une série de mesures dérogatoires pour la médecine de ville, dont la possibilité d'effectuer des téléconsultations par téléphone, jusqu'au terme de l'état d'urgence sanitaire, mardi 1er juin.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5604

Les acteurs privés à la conquête de l'espace numérique de santé.
Les entreprises de santé sont aujourd'hui présentes à chaque étape de la construction du futur espace. Ainsi, afin de tester le processus de référencement et de co-construire avec les pouvoirs publics la connexion au store de l’ENS, un appel à candidatures a été lancé en novembre 2020. Ce sont 30 dossiers  qui ont été retenus, "parmi les 138 dossiers présentés dans des domaines aussi divers que la télémédecine, la prise de rendez-vous, le bien-être, le suivi de pathologies, la coordination des soins ou la prévention, entre autres", a fait savoir l'ANS le 17 février, précisant que "117 industriels ont postulé". Parmi les 30 acteurs retenus, figurent notamment Abbott, Betterise Technologies, Biogen, La Poste, LifeScan France, Nouveal e-santé, Synapse Medicine ou encore Withings. Pour rappel, le store de l’ENS est un catalogue d’applications mobiles ou de sites web référencés sur la base d’une procédure définie par la puissance publique.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1572

Microsoft utilise l'intelligence artificielle pour détecter automatiquement les tumeurs sur les scanners.
Microsoft Research a développé un système d'apprentissage automatique capable de détecter automatiquement les tissus malades sur un scan 3D. Dédié aux personnes atteintes d'un cancer, cet algorithme permet de simplifier le travail des radiologues tout en accélérant considérablement le diagnostic. Une boîte à outils issue de ces travaux est disponible sur GitHub.
https://www.usine-digitale.fr/article/microsoft-utilise-l-intelligence-artificielle-pour-detecter-automatiquement-les-tumeurs-sur-les-scanners.N1072249

Partager les enseignements des acteurs de terrain pour contribuer à la réussite de la transformation numérique du secteur médico-social.
https://ressources.anap.fr/numerique/publication/2793

La sérialisation inscrite dans les bonnes pratiques de dispensation dans les pharmacies (JO).
Introduit par la directive européenne 2011/62/UE sur les médicaments falsifiés, le dispositif de sérialisation oblige depuis le 9 février 2019 les industriels à doter certains produits de dispositifs de sécurité pour permettre la vérification de leur intégrité et de leur authenticité, rappelle-t-on. Depuis lors, les boîtes de médicaments comportent deux types de dispositifs de sécurité : un système antieffraction et un identifiant unique.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5609

L'AP-HP s'associe à l'école des ingénieurs du numérique Epita pour lancer une spécialisation "santé".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5611

L'IA prend le Covid à bras-le-corps
Plus d'un an après le début de la crise du Covid-19, l'intelligence artificielle (IA) reste un axe stratégique de la lutte contre la pandémie et la Food and Drug Administration (FDA) américaine vient de prouver qu'elle a bien un rôle à jouer dans la guerre sanitaire mondiale. Le 19 mars, le gendarme américain des produits de santé a autorisé le premier dispositif de dépistage basé sur l'apprentissage automatique à identifier certains biomarqueurs pouvant indiquer une infection au Covid-19. Baptisé "Tiger Tech Covid Plus", l'outil est un brassard composé de capteurs lumineux et d'un processeur embarqué. Il est "destiné à être utilisé par du personnel qualifié pour aider à prévenir l'exposition et la propagation du Sars-CoV-2 […] chez les individus asymptomatiques de plus de 5 ans" et en dehors des centres de dépistage classiques, a détaillé la FDA. L'appareil est conçu "pour être utilisé après une lecture de température qui ne répond pas aux critères de fièvre", a également prévenu l'agence sanitaire. Pour fonctionner, le brassard doit enrouler autour du bras gauche nu d'une personne, au-dessus du coude, pendant "3 à 5 minutes". Les algorithmes entrent alors en jeu et analysent les signaux pulsatiles du flux sanguin pour extraire certaines caractéristiques. L'IA se base notamment sur le fait que certains signaux, comme l'hyper coagulation ou des états hyper-inflammatoires, peuvent annoncer un Covid-19. Si le porteur du brassard est Covid+, les capteurs lumineux s'allument et un code couleur lui indique son état. Les performances cliniques du brassard ont été étudiées en milieu hospitalier et scolaire et ont présenté un taux de précision de 98,6%. S'il est recommandé de se tourner vers un test RT-PCR pour poser un diagnostic fiable, l'IA peut  accélérer le processus pour les asymptomatiques qui auraient encore quelques doutes sur leur état. Qui a dit que l'IA ne pouvait pas prendre le Covid à bras-le-corps ?
— WASSINIA ZIRAR

Appel à Manifestation d’intérêt - Data Challenge en santé
https://www.health-data-hub.fr/sites/default/files/2021-03/AMI_Data_Chal...

Revue de presse Février 2021

Wednesday, March 3, 2021 - 9:15am

 

Revue de presse Février 2021

L'investissements record et effet Covid-19 : le marché de l'e-santé décolle.
Portées par la pandémie de Covid-19, les start-up d'e-santé ont signé une année 2020 record en matière de levées de fonds et de croissance, augurant "une belle année 2021", ont présagé auprès de TIC pharma le 18 janvier, Chahra Louafi, directrice du fonds Patient Autonome de Bpi France, et Elsy Boglioli, fondatrice de Bio-Up, société de conseil pour les entreprises de santé.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1520

E-santé : Philips va acquérir Capsule Technologies pour 635 millions de dollars.
Philips a annoncé le 19 janvier la signature d'un accord de rachat de la société américaine Capsule Technologies, spécialiste des systèmes d'intégration des dispositifs médicaux et des données pour les établissements de santé, pour 635 millions de dollars en numéraire.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5527

Sanofi, Orange, l'assureur Generali et l'entreprise de services numériques (ESN) Capgemini ont annoncé la création d'une société commune "dans le domaine de l’e-santé" en France, dotée d'un investissement initial de 24 millions d'euros.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1526

Télésurveillance : RDS lève 3 millions d'euros pour accélérer la sortie d'hospitalisation post-opératoire.
MultiSense, est un "mini-patch connecté" de suivi des paramètres cardio-respiratoires après chirurgie. Il est équipé de capteurs respiratoire, de température cutanée, de photopléthysmographie, d'électrocardiogramme et d'un accéléromètre. Le patch s'installe sur le torse du patient et fonctionne avec un smartphone, également fourni, connecté via Bluetooth. Le smartphone transmet "en continu" les paramètres mesurés à l'équipe médicale, qui "est alertée dès qu’un des paramètres dépasse les seuils normaux". MultiSense "résiste à l’eau si on ne l’immerge pas et dispose d’une autonomie de plus de 5 jours grâce à une petite batterie intégrée qui peut au besoin être remplacée".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5533

Dedalus dévoile Clinalytix, sa gamme d'IA pour l'aide à la décision médicale.
Outre son "pack IA", Dedalus a profité de son événement annuel pour présenter sa stratégie "D4U", la clé pour renforcer sa position de leader européen et de numéro 4 mondial. Ce positionnement favorable du groupe italien sur le marché de l'informatique hospitalière s'explique notamment par deux acquisitions stratégiques opérées en 2020. Fin janvier 2020, Dedalus a acquis, pour 975 millions d'euros, une partie de l'activité logiciels de santé d'Agfa-Gevaert, dont le DPI Orbis équipe notamment l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) Dedalus entend d'abord favoriser l'interopérabilité, pratique pour faire converger ses produits et ceux d'Agfa Healthcare, par exemple.
Il souhaite également moderniser "progressivement" les logiciels existants pour "protéger les investissements" et offrir à ses clients des services "prêts-à-l'emploi", à partir de différentes applications cliniques et diagnostiques.).
Quelques mois plus tard, en juillet 2020, le groupe rachetait les activités santé de l'éditeur américain DXC Technology, leader au Royaume-Uni, en Irlande, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Danemark ou encore, en Espagne.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5535

La FDA présente son plan pour réglementer les logiciels embarquant de l'IA.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1528

Le conseil de la Cnam s’oppose au transfert d’une copie du SNDS dans le Health Data Hub.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5543

Sérialisation : 1.700 pharmacies à usage intérieur (PUI) connectées.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5546

CNS : le sous-groupe de travail "structuration de la filière e-santé" lance une nouvelle enquête en ligne.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5549

Un consortium mené par Owkin présente un outil d'IA pour prédire la gravité du Covid-19.
Un outil d’intelligence artificielle (IA) capable d’établir un score de gravité chez les malades atteints de Covid-19 dès le diagnostic s’est révélé plus performant que les 11 autres scores de gravité auxquels il a été comparé, selon une étude française publiée le 27 janvier dans Nature Communications.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1534

L'Anap publie un guide pour aider à la définition des indicateurs e-Parcours.
Le programme e-Parcours, doté de 150 millions d'euros entre 2017 et 2021, prend le relais des "Territoires de soins numériques" (TSN) et doit améliorer la coordination des professionnels de santé et la prise en charge des patients avec des outils numériques.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5552

Le Fonds FHF lance le guide Hospi'Up pour faciliter la collaboration entre établissements et start-up.
Le guide prend la forme d'un site internet. Il contient une partie explicative à destination des start-up décrivant l'organisation du système de santé et le fonctionnement des établissements, et une autre partie à destination des établissements expliquant ce que sont les start-up et leur mode de fonctionnement. En ce qui concerne la base de données permettant de se faire rencontrer établissements et start-up, elle comptait mardi 408 établissements de santé inscrits et 3 solutions proposées pour 6 entreprises inscrites.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5556

L'ANS dévoile les 30 projets retenus pour la construction du "store" de l'espace numérique de santé.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5560

TousAntiCovid : un accès prioritaire aux tests pour les utilisateurs exposés et la possibilité d'enregistrer les lieux visités.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5559

La première intelligence artificielle capable de créer des génomes humains.
https://www.sciencesetavenir.fr/sante/e-sante/la-premiere-intelligence-artificielle-capable-de-creer-des-genomes-humains_151748

E-santé : l'ANS dévoile les 10 lauréats de l’appel à projets "Structures 3.0".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5569

Le détail des bases de données qui pourraient intégrer le Health Data Hub.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1552

L’HAS publie une classification des outils numériques de santé.
Concrètement, la classification répartit 11 types de solutions numériques en quatre niveaux (A, B, C et D) "selon leur finalité d'usage, leur capacité à proposer une réponse personnalisée et leur autonomie dans la décision".
Le niveau A regroupe les "services support" aux patients, aidants ou professionnels dans le cadre de soins ou d'optimisation du parcours de soins ou de gestion médico-administrative et "sans action directe sur la santé des patients". On y retrouve le dossier médical partagé (DMP), les logiciels de prise de rendez-vous en ligne ou les applications de géolocalisation à des fins de santé publique.
Le niveau B comprend les outils d'"information générale de l'utilisateur non personnalisée" sur les conditions de vie, les règles d'hygiène, de diététique, les pathologies ou handicaps, "ou tout état de santé". Cela comprend aussi les "supports ou outils de formation" des professionnels.
Le niveau C rassemble les outils d'"aide à la vie, à la prévention, au dépistage, au diagnostic, à l'observance, à la surveillance ou au traitement d'une pathologie", d'un état de santé ou dans le cadre d'une situation de handicap, "sans autonomie de la solution numérique dans la gestion de la décision thérapeutique". On ne retrouve pas moins de 8 catégories de solutions dans ce niveau de la classification.
Le niveau D contient les outils proposant une "gestion autonome de la décision" après analyse des données et du diagnostic afin d'ajuster automatiquement un traitement à administrer sans intervention humaine.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1547

Des chercheurs et des ingénieurs de l’université d’Évry, du CEA, du CNRS, de Médecins Sans Frontières, et du service de bactériologie et virologie de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (AP-HP) ont dévoilé le 23 février "une application mobile capable de faciliter le diagnostic de l’antibiorésistance".
La solution en open source est destinée aux professionnels de santé et elle est capable de réaliser l'analyse et l'interprétation des antibiogrammes grâce à l'intelligence artificielle (IA). Elle a fait l'objet d’une publication dans la revue Nature Communications le 19 février 2021.
Nature Communications le 19 février 2021.

E-Parcours : "plus de 130 projets financés" pour 108 millions d'euros au total.
A date, "plus de 130 dispositifs ont été financés au titre du programme e-Parcours, 94 dispositifs sont des DAC et le reste représente des projets de CPTS   a appris TICsanté le 23 février auprès du ministère des solidarités et de la santé. Ces projets répartis dans les 17 régions françaises et "une trentaine de projets ont déjà atteint les cibles d'usage définies, dans cinq régions".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5573

Les pouvoirs publics se penchent sur la fracture numérique mise en lumière par la crise sanitaire.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5572

OMOP on FHIR: Using interoperability protocols for large scale analytics in OMOP.
https://event.on24.com/eventRegistration/EventLobbyServlet?target=reg20.jsp&utm_campaign=2021_OMOPonFHIRWebinar_GBU_RWS_DS&utm_medium=email&utm_source=Eloqua&eventid=3019369&sessionid=1&key=3A34A09E91D8750FF50AAD57A217D26D&regTag=&V2=false&sourcepage=register

Revue de presse Janvier

Monday, February 1, 2021 - 10:15am

 

Revue de presse Janvier 2021

L'assurance maladie a ouvert son téléservice "Vaccin Covid".
Le système d’information permettant de suivre, pour chaque patient, les étapes de la vaccination contre le Covid-19 est "opérationnel", a annoncé l'assurance maladie lundi 4 janvier lors d'une conférence de presse en ligne de présentation des fonctionnalités du téléservice "Vaccin Covid".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5492.

Une expérimentation nationale de suivi à domicile des patients sous anticancéreux oraux autorisée.
Le projet d'expérimentation est déposé par Unicancer en représentation de 34 établissements. Cette expérimentation innovante en santé dite "article 51" (de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018) est autorisée pour une durée de 33 mois à compter de l'inclusion du premier patient. Elle est innovante sur l'organisation et le financement. L'expérimentation proposée porte sur la mise en place pour les patients traités par anticancéreux oraux d'un circuit pluri professionnel ville-hôpital, appuyé par des échanges hebdomadaires avec le patient par l'appel d'une infirmière et/ou utilisation d'outils numériques. Le parcours est centré sur la primo-délivrance des médicaments, la surveillance de l'observance et le suivi des effets indésirables à domicile, indique le cahier des charges fourni en annexe.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5493

Les enseignements des dispositifs de télésuivi de patients Covid permis par Terr-eSanté, développés sur certains territoires franciliens pour renforcer la coopération ville-hôpital, doivent permettre de prolonger l'expérience sur d'autres pathologies, ont expliqué le directeur de l'hôpital de Melun, Dominique Peljak, et le Dr François Dolveck.
Cette cellule s'appuie sur l'outil e-Covid, développé par le groupement régional d'appui au développement de la e-santé (Grades) Sesan, à la demande de l'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France, à partir de la plateforme de coordination des parcours complexes Terr-eSanté. Dans un communiqué le 9 décembre 2020, l'ARS Ile-de-France et Sesan ont fait savoir que ce dernier, jusqu'ici groupement de coopération sanitaire (GCS), s'est transformé en groupement d'intérêt public (GIP). Cette évolution constitue notamment l'occasion d'"élargir le champ de ses missions", dont celle d'"améliorer et capitaliser sur les services de coordination ville-hôpital-médico-social qui constituent un enjeu majeur de la e-santé".
https://www.ticsante.com/story.php?story=5496

Télésurveillance : les pouvoirs publics entament leur sprint final vers la généralisation.
Notant l'effet accélérateur de la crise sanitaire liée au Covid-19, qui "a provoqué une prise de conscience pour les professionnels de santé et les patients de l'utilité de la téléconsultation et aussi de la télésurveillance", la Haute autorité a souligné "la nécessité de passer du mode 'expérimentation' de la télésurveillance à la définition d'un cadre de prise en charge pérenne ». La Haute autorité a mené une revue systématique de la littérature sur la période 2013-2020, caractérisée par une augmentation du nombre d'évaluations médico-économiques au niveau international. Un total de 61 études a été sélectionnées, dont une seule est française (contre cinq études sur 53 lors de la précédente revue, en 2013). Le document propose une analyse par spécialisés médicales dans quatre domaines : la cardiologie (22 études), la santé mentale (11 études), les maladies pulmonaires (12 études) et l'endocrinologie (5 études). Si HAS a constaté de "nombreuses expérimentations" conduites en France, notamment dans le cadre du programme Etapes, elle a expliqué qu'un état des lieux des études françaises s'était heurté à plusieurs difficultés telles que l'identification des porteurs de projet ou des études qui sont toujours en cours.
Elle a recommandé de créer un observatoire des projets menés sur le territoire pour avoir plus de visibilité sur le nombre de patients concernés et la zone géographique, les solutions techniques utilisées, l'organisation de la télésurveillance, les évaluations conduites (cliniques, médico-économiques, évaluation des usages, de la satisfaction, étude de coût), "mais aussi tout autre étude dans le domaine de la sociologie des organisations, des sciences de gestion, des études de process et d'implémentation". Dans ses conclusions, l’HAS a également jugé que le suivi à distance des patients "peut être considéré comme un levier d'action permettant d'améliorer l'organisation des soins et de diminuer les dépenses de prise en charge".
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1503
https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-12/rapport_evaluation_telesurveillance.pdf

Le CHU de Lille, l'accélérateur de start-up nordiste EuraTechnologies et le pôle de compétitivité lillois Eurasanté, ont dévoilé le 5 janvier les six lauréats de l'appel à projets "Défi santé", destiné à répondre aux enjeux de simplification des parcours de soins pour les patients et les professionnels de santé, grâce aux nouvelles technologies en santé.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5499

La Société française de santé digitale (SFSD) et l'entreprise de télémédecine Livi ont publié un livre blanc dans lequel ils proposent cinq enseignements "issus de l’expérience des sociétés savantes de médecine" et neuf recommandations "pour le développement du soin digital".
Les sociétés savantes ayant participé au livre blanc : Les sociétés françaises de lutte contre le sida (SFLS), de médecine d'urgence (SFMU), de dermatologie (SFD), de nutrition (SF Nutrition), de pneumologie de langue française (SPLF), d'hypertension artérielle (SFHTA), de pédiatrie (SFP), d'allergologie (SFA), de neurologie, et de gériatrie et gérontologie, ainsi que le collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), l'Association francophone pour les soins oncologiques de support (Afsos), la Société de pathologie infectieuse de langue française (Spilf), la Société francophone de néphrologie, dialyse et transplantation (SFNDT), la Société francophone du diabète et la Fédération française d'addictologie (FFA) ont contribué à ce document.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5503

HGO s'allie à Nouveal pour "digitaliser" les parcours patients de ses cliniques.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5504

CES 2021 : focus sur trois entreprises en santé récompensées par des "Innovation Awards".
Alors que le Consumer Electronics Show (CES) s'est ouvert en ligne le 11 janvier, retour sur les "Innovation Awards" décrochés par les sociétés Oticon, XRapid et Sunrise pour leurs innovations en santé.
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1506

Investissements d’avenir : la santé digitale et la bioproduction ciblées comme axes stratégiques du PIA4.
De la même façon dans la partie relative aux stratégies d'accélération ciblées sur des secteurs et d'innovation et des technologies prioritaires (12,5 milliards d'euros), on sait depuis septembre dernier que sur 2021-2023, le PIA mobilisera 2,6 milliards d'euros sur "des stratégies d’investissement prioritaires" pour l’indépendance économique, par exemple concernant l’intelligence artificielle (IA), le cloud, la cyber sécurité, les technologies quantiques, la santé digitale, la bio production de thérapies innovantes, la lutte contre les maladies infectieuses et émergentes.
Une nouvelle gouvernance pour les investissements d'avenir
Le Comité de surveillance des investissements d'avenir (CSIA) regroupe 10 personnalités qualifiées et est présidé par l'ex-directrice générale du groupe financier Artémis, Patricia Barbizet. Il accueille Jean-Michel Dalle, directeur de l'incubateur Agoranov; Patrick Caine, PDG de Thales; Guillaume Richard, président de la société de services à la personne Oui Care; Marie-Noël Semeria, directrice R&D de Total; Tatiana Jama, directrice générale de la société d'IA Levia.ai; le Pr Edith Heard, généticienne et directrice du laboratoire européen de biologie moléculaire; Michèle Pappalardo, ex-directrice de cabinet du ministre de la transition écologique (Nicolas Hulot), Carlos Moedas, ex-commissaire européen à la recherche, à l'innovation et à la science et Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine.
Huit parlementaires siègent en outre au CSIA, quatre sénateurs qui ne sont pas encore désignés et quatre députés nommés : Laurent Saint-Martin, député LREM du Val-de-Marne ; Martial Saddier, député LR de la Haute-Savoie ; Isabelle Florennes, députée MoDem des Hauts-de-Seine et Christelle Dubos, députée LREM de la Gironde et ex-secrétaire d'Etat auprès du ministre des solidarités et de la santé (octobre 2018-juillet 2020).
https://www.ticpharma.com/story.php?story=1505

La Cnil publie un guide sur l'appariement de données avec le SNDS utilisant le NIR.
https://www.ticsante.com/story.php?story=5517
https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/guide_pratique_circuits_nir_recherche_en_sante.pdf

Investissements record et effet Covid-19 : le marché de l'e-santé décolle.
En France, Bpifrance et son fonds Patient Autonome contribuent très largement à financer les sociétés d'e-santé, dès leur phase d'amorçage. Lancé en décembre 2017, ce fonds s’intéresse aux nouveaux usages "à forte valeur médicale qui vont révolutionner la médecine" son action doit permettre de détecter de nouveaux usages et accompagner leur structuration et leur lancement rapide "et pérenne" sur leur marché. "Pour démarrer, les sociétés d'e-santé ont besoin d'être portées par de l'argent public, puis viennent ensuite les business angels, les prêts pour se financer et l'action des investisseurs institutionnels (de type gestionnaires de fonds de capital-risque)", a listé la directrice du fonds Patient Autonome de Bpifrance. "S'il s'agit d'une société spécialisée dans les thérapies digitales et que le concept est bon, on intervient spécifiquement en amorçage, peu importe qu'elles aient ou non défini un modèle économique, parce qu'elles ont des besoins importants à la fois en structuration et en capitaux."
Le constat est sans appel, si la pandémie de Covid-19 a rendu les investisseurs plus frileux face à une situation économique instable, les acteurs de la santé numérique ont su tirer leur épingle du jeu en innovant pour répondre aux besoins, en surfant sur des usages encore peu exploités et en accélérant quand les autres secteurs ont ralenti.
Pour maintenir la dynamique économique de la santé numérique, la directrice du fonds Patient Autonome est catégorique : "il faut accompagner la conduite du changement". "Le frein majeur à lever, c'est le silo. Chaque start-up travaille sur sa verticale, il n'y a pas de vision de la chaîne de valeurs globale. Le décloisonnement est la clé !". Chahra Louafi encourage les projets collaboratifs "entre les partenaires de la chaîne de valeur à la fois pour gagner en vision et identifier puis lever les verrous technologiques".

La veille réglementaire et normative par WT
https://mcusercontent.com/c48039395f63b89e0d797b42d/files/d11b9175-6542-42c3-8df1-6e6eccbf1ffc/VR_Janvier_VF_01.21.pdf